Comment calculer un prêt hypothécaire ?

Le crédit hypothécaire en raison de sa simplicité et en dépit des risques qu’il comporte fait partie des services de plus en plus demandés auprès des institutions bancaires. Pour éviter certains désagréments, l’usager doit avoir de la visibilité sur certains paramètres importants de ce type de prêt. Les principaux facteurs à considérer sont le montant, la durée et le coût du crédit.

Montant d’un prêt hypothécaire

Il est l’un des premiers éléments à considérer dans le calcul d’un prêt hypothécaire. Selon la règle, la plupart des institutions financières accordent un montant compris entre 70% et 80% de la valeur estimée du ou des biens mis en hypothèque. Pour estimer le patrimoine à hypothéquer, la banque sollicitera les services d’un expert immobilier qui sera payé cependant par le demandeur. Il est conseillé à ce dernier de garder un oeil sur le processus d’estimation, et de recourir à une contre-expertise pour s’assurer de la valeur de son bien.

Dans le cadre du prêt hypothécaire, le demandeur a la possibilité de mettre en jeu plusieurs biens. Le montant qui lui est alloué dans ce cas, sera fonction de la valeur totale estimée des biens. Le demandeur pourra donc prétendre à une somme élevée.

Comment déterminer la durée de cette opération ?

Lors d’un prêt classique, la durée du crédit est évaluée en tenant compte de la capacité de remboursement et du taux d’endettement. Sont donc pris en considération, les revenus locatifs, le salaire, la pension mais aussi certaines charges du demandeur. Il s’agit des mensualités et des encours d’autres prêts, des loyers, et d’autres si elles existent. Il est important de remarquer que plus la capacité mensuelle du demandeur est élevée, plus sa durée de prêt sera diminuée.

Comment calculer un prêt hypothécaire ?

Or pour un prêt hypothécaire, ces critères ne sont pas pris en compte, seul compte la valeur du ou des biens donnés en hypothèque.

Par ailleurs, le taux est une information capitale dans le calcul des prêts. Il existe aussi sous deux formes dans le cadre des prêts hypothécaires :

  • Le taux fixe représente celui retenu par la banque pour être appliqué tout au long du prêt. Il se compose de taux de références auxquels s’ajoutent des pourcentages supplémentaires propres à l’institution bancaire prêteuse. Ces pourcentages sont négociables notamment sur les prêts de durée réduite. Le taux fixe a l’avantage de connaître à l’avance le montant des mensualités et le coût total final du prêt. Mais en revanche les taux fixes semblent élevés.
  • Le taux variable quant à lui s’applique le plus souvent aux prêts de courte durée. Il est souvent moins élevé que le taux fixe mais ne permet pas à l’emprunteur de connaître à l’avance le montant des mensualités, donc par ricochet le montant total. Aussi il est souvent soumis aux variations du marché financier ce qui n’est pas toujours une bonne chose.

Le coût du prêt hypothécaire

Il s’estime en fonction du montant accordé pour le prêt, sa durée mais aussi des frais inhérents à celui-ci. Les frais du crédit hypothécaire englobent les frais d’hypothèques, les frais d’enregistrements, les honoraires du notaire, les frais d’estimation du bien, les frais de dossier. Leur montant global est souvent estimé à 1% ou 2% du montant du bien à mettre en valeur.